Guide d’introduction de nouveaux octodons

L’introduction de nouveaux octodons dans un groupe déjà formé ou auprès d’un seul rongeur est complexe. En effet, les Octodons degus sont des animaux sociaux par nature. À l’état sauvage, ils vivent en groupe de 1 à 2 mâles et quelques femelles1. Ces clans sont rassemblés dans une zone plus vaste contenant de nombreux dègues. Ceux-ci ne restent que très rarement dans leurs groupes d’origines et migrent ainsi de clan en clan, afin de s’accoupler2. Naturellement territoriaux, les octodons défendent leur habitation avec férocité, dans des combats violents.

Pourquoi l’introduction d’octodons ?

Dessin d'octodons
Illustration par Vurore

En captivité, les dègues du Chili sont souvent perçus comme des animaux pouvant vivre seuls. En réalité, leurs interactions sociales sont si complexes que l’on ne connait pas encore les impacts psychologiques de l’isolement. Cependant, on sait que cela affecte leur émotivité, notamment lorsque la séparation arrive de manière répétitive avant le sevrage3. D’autres études montrent que l’organisation des dègues, comme l’influence de leurs relations sur leur reproduction. Dans un groupe où les liens sociaux ne sont pas importants, les femelles auront ainsi tendance à avoir moins de bébés4. Les liens sociaux sont donc fondamentaux pour cette espèce de rongeur.

L’introduction d’octodons est une tâche complexe, pourtant indispensable aux individus vivant isolés. Mais cela ne fonctionne pas toujours, le risque de se retrouver avec 2 cages voire plus est réel. C’est aux propriétaires d’octodons de prendre en compte toutes les informations afin de faire le bon choix pour leurs degus. Mais même deux animaux ayant des contacts à travers une grille sont préférables à maintenir son dègue seul. L’idéal est de comprendre la formation sociale des octodons avant leur adoption et d’agir en conséquence.

L’essentiel pour faire cohabiter ses octodons

Avant de faire la présentation fatidique, il convient de bien comprendre le processus d’introduction des octodons. Ainsi, mettre ensemble plusieurs animaux ne se connaissant pas ne peut que tourner à la bagarre générale, avec des blessures parfois très graves. Pour éviter ces combats excessifs, qui n’engendreront pas de cohabitation stable, plusieurs étapes doivent être suivies. Mais l’introduction d’octodons est long et complexe. Avant de commencer avec les bases pour présenter de nouveaux rongeurs, quelques informations sont indispensables.

Sécurité et blessure

L’introduction d’Octodons degus n’est pas sans risques ! En effet, les attaques peuvent être d’une très grande force. Les dents des rongeurs peuvent causer des dégâts entre les individus et chez les humains. Laisser trainer son doigt lors d’une rencontre peut mener à de graves blessures. Il est important de porter des gants épais, ou de se servir d’un objet pour éloigner les animaux au besoin. Lorsqu’une bagarre éclate, même séparés, les octodons peuvent rester violents quelques minutes et s’en prendre aux humains ! Les morsures sont souvent profondes et douloureuses.

À titre d’exemple, il nous est arrivé de nous faire mordre par erreur. Tipi, ayant voulu attraper rapidement une noisette, a pris le doigt à la place. Sauf que la morsure était si profonde, qu’elle a touché le tendon de la seconde phalange. Résultat : inflammation sourde et douloureuse pendant plusieurs jours, impossibilité de plier le doigt pendant plusieurs semaines. Ce n’est qu’après plusieurs mois que toutes nos capacités sont revenues. Après un rendez-vous chez le médecin, nous avons évité le pire, mais un risque d’opération était réel. Et ce n’est qu’une erreur de la part de l’animal. Personne ne peut prédire totalement le comportement lors d’une rencontre. Par contre, le résultat d’une morsure peut avoir des conséquences douloureuses à long terme.

Durée de l’introduction

Groupe d'Octodons degus
Groupe d’Octodons degus

Personne ne peut prédire en combien de temps vos octodons pourront se mettre à vivre ensemble. Cependant, il s’agit d’un processus complexe, qui demande un suivi correct de chaque étape. Ainsi, patience et observation en sont les maîtres mots. Selon le sexe des animaux, mais aussi leur âge, la durée de leur isolement, cela peut être plus ou moins long. Mais comptez au minimum quelques mois, voire plus d’un an, pour faire cohabiter des mâles dominants.

En aucun cas, le processus ne peut être précipité. Les rongeurs ont besoin de temps pour faire connaissance. Chaque étape a son importance. Passer une phase comporte toujours un risque, notamment de devoir tout recommencer à zéro. Ainsi, il vaut mieux être trop patient que pas assez, afin d’être certain que les degus soient prêts.

Observer et écouter

Le comportement des octodons sera le premier indicateur du déroulement de l’introduction. Ainsi, une partie du processus consiste à observer. C’est l’atténuation des gestes violents et l’augmentation des plus calmes qui permettront de déterminer si les dègues sont prêts à franchir une étape. Les grognements, ou sifflements énervés, les mouvements de la queue sont un ensemble d’attitudes agressives. Ceux-ci doivent diminuer au fil du temps. Il est normal que lors des premiers paliers, ces attitudes soient fréquentes. Les degus essaient de montrer qui est le chef et d’appliquer une hiérarchie. Avec le temps, le toilettage, la proximité corporelle, les gloussements apparaitront. Même lorsque la cohabitation est acquise, les combats resteront présents. Cela est normal, tant que les dègues ne se blessent pas gravement. De plus, il n’est pas nécessaire d’intervenir dans les bagarres non violentes, celles-ci permettent d’établir la hiérarchie. Empêcher la mise en place de cette dernière peut faire régresser l’entente entre octodons.

Territoire neutre

L’utilisation d’un territoire neutre et dégagé sera nécessaire. Lors de l’étape des rencontres, le terrain doit être adapté pour prévenir les confrontations violentes et les arrêter si besoin. Cette zone ne devra pas être marquée par l’odeur d’un animal. Un parc, une petite pièce voire une baignoire peuvent être employés pour cette étape. Si les degus ont l’habitude de sortir dans cet environnement, il convient de le laver correctement afin d’éviter des odeurs résiduelles.

Terre à bain

La terre à bain est l’un des points essentiels de l’introduction. En effet, celle-ci joue un rôle déterminant dans l’organisation sociale de la plupart des rongeurs5. Chez les Octodons degus, des emplacements sont réservés aux bains de sable, proches des terriers. Ces bains permettent aux membres d’un même clan de se reconnaitre de manière olfactive6. Les mâles déposent quelques gouttes d’urines afin d’harmoniser les odeurs des individus. Ils ont tendance à se nettoyer plus souvent que les femelles, pour des raisons territoriales. Ces dernières se baignent principalement pour uniformiser leurs odeurs et de cette façon augmenter la cohérence du groupe7. C’est grâce à ce comportement naturel que les octodons migrent de clan en clan. Pour s’intégrer ailleurs, les dègues iront se rouler dans leur zone de poussière afin de remplacer leur précédent effluve.

L’utilisation d’un seul bac à sable est préconisée. Ainsi, si les mâles se lavent plus souvent pour marquer le territoire, leur attitude se modifie en compagnie d’autres mâles, en diminuant la fréquence de leurs bains7. Lorsque les dègues partagent le bac à sable, cette pratique est évitée. Cela permet de “tromper” leur flair et de faire passer les nouveaux venus pour des confrères.

Ce comportement naturel sera la clé d’une introduction réussie. En effet, c’est avec un mélange de ces odeurs que les degus apprendront à se reconnaitre comme des pairs et non plus comme des ennemis. Un bac à sable suffisamment accessible et grand pour proposer des bains attractifs aux octodons. Le maintenir propre en le tamisant ou en retirant la terre à bain souillée est aussi important.

L’usage d’huiles essentielles pour “masquer” l’odeur de l’animal dans la terre à bain est totalement déconseillée. En effet, les octodons détectent l’emploi d’effluves “artificielles” sur leurs congénères, et à moins d’avoir été habitués à ces odeurs depuis la naissance, discriminent ceux qui la portent8. Utiliser ces parfums tend donc à créer un comportement de fuite ou d’évitement qui n’est pas souhaité quand l’on introduit un nouveau membre.

Cage

La cage est l’habitat et le territoire de l’octodon. Celle-ci doit répondre à ses besoins en termes d’espace, mais aussi avec son aménagement : roue, jeux, nids … Ces éléments sont indispensables au bien-être de son animal. Faire une introduction entre dègues demande l’utilisation d’une cage assez vaste pour le nombre d’individus. Plus elle sera spacieuse, plus les occasions de fuite pour les octodons dominés seront diverses. Malheureusement, la plupart des cages dans le marché ne sont pas assez grandes, les alternatives correctes sont les volières ou cages à furets.

Stress

Enfin, l’introduction d’Octodons degus est un processus stressant. Que ce soit pour les rongeurs ou les propriétaires. Chaque individu est différent, dans ses interactions avec ses pairs ou avec les humains. Si quelques dègues peuvent être sujets au stress, il est tout de même préférable de proposer un ou plusieurs compagnons à votre rongeur. Un humain ne peut subvenir complètement aux besoins sociaux de son animal de compagnie. Finalement, seul le propriétaire peut juger des bénéfices/risques d’une introduction.

Faire des pauses durant le processus n’est pas un problème. Si les octodons ont une attitude calme et paisible, il n’est pas mauvais de maintenir une étape. Le tout est de faire confiance à ses animaux, et à ses propres capacités. Tout humain fait des erreurs ; si celles-ci peuvent avoir des conséquences parfois graves, elles sont normales. Surtout si l’on ne sait pas encore très bien interpréter le comportement des octodons. Prendre son temps est essentiel pour bien réaliser la cohabitation.

Two dègues, or not two dègues, that is the question9

Le choix du partenaire idéal pour votre octodon est une question fondamentale. En effet, si cela est envisageable, il est avisé de sélectionner en fonction du degu ou du groupe déjà possédé. Car la physiologie du nouvel animal agira directement sur les chances de réussites et surtout sur la durée totale. Le processus d’introduction entre octodons peut être très long, mais il est possible d’optimiser ce temps.

Caractère

Avant de se pencher sur le choix du partenaire, il convient de connaître son degu. En effet, chaque rongeur à son caractère propre. Il est souvent difficile pour les propriétaires de juger son animal sans référence, mais le comprendre permet d’anticiper son comportement. Certains dègues sont agressifs naturellement, pour des raisons territoriales ou hormonales. D’autres, encore, sont plus réservés, et ont tendance à se cacher. Ainsi, proposer à un vieil octodon tranquille, quelquefois aveugle, un jeune superactif n’est pas forcément la meilleure des idées. Ou encore de mettre en relation deux animaux extrêmement territoriaux. Malheureusement, la plupart du temps, il n’est pas possible de connaître réellement l’attitude du dègue adopté à l’avance.

Âge

L’âge des octodons aura un impact sur la complexité et la durée de l’introduction. La cohabitation avec des jeunes à peine sevrés sera plus simple, car ils seront aisément dominés par les plus âgés. Cela permet de diminuer le nombre de combats et facilite l’introduction. Ainsi, choisir des dègues entre 6 et 8 semaines accèlere tout le processus10. Cette rapidité d’introduction provient du fait que les femelles et les mâles bien qu’ils reconnaissent leurs pairs11 ne les préfèrent pas12et élèvent tous les bébés sans distinction13).

Sexe

Tout comme l’âge, le sexe a un impact non négligeable sur les liens sociaux. L’octodon vit naturellement dans des groupes simples, de 1 à 2 mâles et jusqu’à 5 femelles1. L’introduction de femelles auprès d’un mâle sera également plus facile et rapide qu’entre mâles. Cependant, les octodons se reproduisent vite, et il est difficile de trouver des personnes souhaitant adopter des octodons. La stérilisation des mâles est maintenant connue par la plupart des vétérinaires et permet la création de groupes stables. Mais l’âge rentre aussi en compte. Les jeunes mâles lors de leur maturité sexuelle veulent asseoir leur domination sur les membres du groupe. Cela entrainera des combats qui risquent d’augmenter en fréquence, sans pour autant devenir trop sérieux. Cependant, pour plus de sécurité, la castration est intéressante pour faire baisser le taux de testostérone et leur agressivité.

Enfin, les femelles en gestation doivent être maintenues à part. Un stress dû à des présentations houleuses peut mener à une fausse couche. De plus, il est préférable d’attendre que les bébés soient en âge de se défendre avant de tenter une cohabitation.

Nombre d’individus

Octodon degusPlus le groupe est important, plus les dangers d’instabilités seront présents. Ainsi, s’il est meilleur pour les octodons de vivre dans des groupes jusqu’à 8 membres, il est plus simple de maintenir des plus petits groupes. Les duos ou trios sont alors à préférer. Ces derniers permettent une hiérarchie plus “ouverte”. Au-delà, les groupes risquent de poser plusieurs problèmes comportementaux que des débutants ne sauront éviter. Enfin, faire cohabiter plusieurs groupes déjà formés n’est pas idéal, car les animaux devront s’entendre tous ensemble et cela compliquera les phases de rencontres.

Multi-introductions

Certains propriétaires, par choix ou non, veulent tenter plusieurs rencontres à la fois. Celles-ci peuvent se présenter sous plusieurs formes : plusieurs octodons ou un solitaire ou de nombreux solitaires. Parfois, plusieurs groupes peuvent être mis ensemble. Basiquement, les règles s’appliquent de la même manière pour tous, mais l’introduction sera plus longue. Il faudra répéter le processus jusqu’à ce que tous les animaux s’entendent entre eux. Pour l’introduction de multiples solitaires, la cage devra être séparée non plus en 2 parties, mais en plusieurs. Autant de parties que d’individus, ce qui nécessite une cage très spacieuse. Ces introductions sont possibles, mais doivent respecter la taille maximale d’un groupe social naturel.

Castration et hormones

La castration est un moyen efficace de prévenir l’agressivité excessive de certains individus. Mais plus celle-ci est tardive, moins les comportements défensifs acquis seront atténués. De plus, elle permet également la création de groupe social mâle – femelle tout en évitant la reproduction. En effet, de multiple propriétaires perdent le contrôle de la situation, enchainant les portées sans réussir à placer les animaux.

À ce jour, de nombreux vétérinaires sont correctement formés sur la castration et les opérations des petits rongeurs. Les produits utilisés présentent de moins en moins de risques liés à l’anesthésie générale. Castrer son octodon est devenu un acte vétérinaire accessible et intéressant pour le bien-être des rongeurs.

Les octodons mâles se montrent également plus agressifs lors des phases de reproduction, qui débutent à la fin de l’hiver et durent jusqu’au commencement de l’été14. Ces périodes sont à éviter pour commencer une introduction chez les mâles non castrés envers les autres15.

Conclusion

Ainsi, de nombreux éléments rentrent en ligne de compte pour faciliter le processus d’introduction entre octodons. S’informer permet de maximiser ses chances et d’éviter des erreurs parfois banales. Pour constituer un groupe stable, il convient d’étudier toutes les cartes en main. Il est aussi possible de créer des groupes d’un même sexe, mais les groupes de mâles seront de manière générale un peu moins constants. Ceci est notamment observé durant la “puberté”, où les animaux atteignent des pics hormonaux.

Pour conclure, l’idéal est de castrer ses mâles, afin de faire baisser le taux de testostérone. Alors, l’adoption de femelles ou de jeunes mâles faciliteront la cohabitation. Pour les femelles, l’ajout d’un mâle castré ou de jeunes femelles est également préférable. Enfin, agrandir un groupe déjà formé n’est pas la meilleure option, même si ce n’est pas irréalisable. Chaque présentation est différente, et il n’y a pas de formule magique. Si la réussite dépend en partie des octodons, les propriétaires ont un rôle actif tout au long du processus. En théorie, aucune introduction n’est impossible, mais certaines peuvent être très longues.

Astuces

Quelques astuces, basées sur nos observations et notre expérience peuvent aider lors des rencontres entre octodons.

Nourrissage et rencontres

Afin de maintenir les degus calmes, il est intéressant de les alimenter avant les rencontres. Cela évite une certaine agressivité autour des friandises, et permet d’apaiser les animaux. Le nourrissage peut se faire quelques heures ou jusqu’à quelques minutes avant les sorties. Cependant, les octodons doivent avoir le temps de manger.

Choix des friandises

Les Octodons degus ont tous des gouts différents. S’ils raffolent de certaines friandises, leur appétence dépend des individus. Lors des rencontres, donnez des récompenses qu’ils apprécient, mais qui ne les rendent pas agressifs (par exemple, la plupart préfèrent les noisettes aux graines de courge), pour éviter les bagarres. Maintenant les octodons séparés durant la distribution de friandises dans un premier temps.

Rythme circadien 

Diurnes, les dègues du Chili ont une tendance à suivre un rythme crépusculaire, avec des pics d’activité le matin et le soir16. Selon les octodons, il est intéressant de choisir le moment de la sortie. Pour les âgés, afin de ne pas perturber leurs phases de repos naturel, les rencontres sont à préférer durant les pics. Au contraire, pour les octodons les plus dynamiques, les rencontres peuvent être organisées lors de phases plus calmes.

Octodons degus qui jouent
Octodons degus qui jouent dans un parc

Enrichissements et activité

Offrir des enrichissements et sorties aux animaux durant tout le processus est indispensable. En effet, ces occupations permettront aux degus de diriger leur intention et de diminuer l’hostilité directe. Mettre des enrichissements des deux côtés des grilles réduira les charges chez les octodons les plus belliqueux. Cela les fera s’approcher tout en étant accaparé et limitera leur agressivité. Plus ces moments seront nombreux, mieux ce sera pour les animaux. Le but étant de la cohabitation, leur apprendre à rester côte à côte les aide pleinement dans cette étape.

Les escapades en solo permettent également aux octodons de se dépenser et de faire baisser le stress. Sortir les dègues avant peut aider les plus actifs d’entre eux. Il convient d’éviter la zone neutre durant ces sorties, afin d’empêcher un marquage intensif dans ces zones.

Durée des rencontres

Comme toujours, beaucoup d’autres guides sont disponibles en ligne. La plupart, bien qu’il ne soit pas sourcé, proposent des étapes à suivre plus ou moins logiques. Cependant, une majorité d’entre eux indiquent des laps de temps de rencontres. Or, ces chiffres ne sont pas adaptés au processus d’introduction. En effet, c’est les réactions des deux octodons qui révèlent si la rencontre se passe bien, ou non. Si ces réactions sont positives il est possible d’augmenter petit à petit, la durée des interactions. Mais le comportement des rongeurs peut varier d’un jour à l’autre, comme pour les humains, il n’est pas rare qu’un animal se lève du pied gauche! Reconnaitre les signes d’énervement et stopper les présentations à ce moment est indispensable. Malheureusement, aucun chronomètre ne saura le faire. 

Comment introduire les Octodons degus

Ces méthodes d’introductions sont dérivées des travaux de Degutopia ainsi que du forum Degus International Community. Cependant, ces sources ne sont pas très à jour et de nouvelles études sur le comportement social des octodons ont été publiées, d’où les différences possibles avec ces sites.

Guide d’introduction de jeunes octodons

Les jeunes dègues du Chili sont les plus simples à introduire. Ils doivent être sevrés et ne pas dépasser les 8 semaines, où leur maturité sexuelle et leur adolescent adviennent. Étant une espèce qui partage l’élevage des jeunes, les adopter sera naturel pour les octodons. Les jeunes octodons ne présentent ainsi pas une menace immédiate pour le groupe ou le territoire.

Matériel nécessaire

Une grande cage ; une cage moyenne ; de la terre à bain ; une zone neutre ; des enrichissements ; des friandises ; de la patience.

Étape 1

Une fois que les jeunes octodons arrivés au domicile, il convient d’observer quelques jours d’isolement. Cela permet alors de les habituer à leur nouvel environnement et de les ausculter de plus près, pour éviter les maladies. Il est aussi important de faire leur connaissance dans le calme, afin de déterminer leurs caractères. Ils doivent habiter temporairement dans la cage de taille moyenne.

Octodon degus dans un hamac
Groupe d’octodons pendant la sieste

Étape 2

Une fois les jeunes adaptés à leur nouvel habitat, les cages doivent être rassemblées dans une même pièce. L’introduction doit se faire en douceur, les cages placées côte à côte, avec quelques centimètres d’écart pour éviter les blessures. Les animaux doivent pouvoir s’entendre et se voir. Cette étape peut s’avérer stressante, il est important de choisir une pièce calme, si possible isolée, pour permettre aux octodons de faire connaissance paisiblement. Le comportement de l’adulte vivant dans la grande cage ne doit pas être agressif. En théorie, tous les degus doivent se montrer curieux et commencer à interagir tranquillement. Si cela est réalisable, lors d’une sortie de l’un des degus, le ou les autres peuvent être présentés en étant tenus en main. 

À partir de cette étape, un seul bac à sable devra être utilisé. Tous les jours, le bac devra être changé de cage, les dègues y auront accès 1 jour sur 2. Cela leur laissera le temps d’apprendre à se reconnaitre en temps que groupe.

Étape 4

Après quelques jours, les jeunes octodons doivent se sentir chez eux et être moins stressés. Les cages peuvent être rapprochées au fur et à mesure, pour que les animaux puissent se sentir. Les octodons montrent ainsi de l’intérêt pour l’autre, sans pour autant attaquer. Ils doivent se laver régulièrement dans le sable depuis quelques jours, afin de mélanger les odeurs. Lors de cette étape, le rythme ne dépend que des octodons. Le but étant de faire une première rencontre en territoire neutre. S’ils sont prêts, c’est-à-dire calmes, interagissant de temps en temps sans agressivité, l’heure est arrivée. Le bac à sable doit être retiré la veille de la première rencontre.

Le jour J, le bac à sable doit être proposé aux jeunes animaux avant d’être lâché dans la zone neutre. Ensuite, c’est au dègue adulte de se baigner. Leurs odeurs devraient être maintenant familières à chaque rongeur. L’adulte est lâché, à l’écart des jeunes. Il est important de se munir d’un objet pour séparer les animaux en cas d’urgence, sans y laisser ses doigts. À chaque approche sans agressivité, il est indispensable de récompenser les octodons, en les écartant pour éviter les attaques liées à la nourriture. Si l’introduction se passe bien, les octodons iront se renifler. L’adulte peut essayer de dominer les jeunes, en grimpant sur eux. Ce comportement est naturel et ne doit pas être interrompu. Les jeunes devraient se laisser faire, voire se mettre sur le dos, sous le ventre de l’adulte en signe de soumission.

Dès qu’un animal commence à s’agiter, il est nécessaire de stopper la rencontre. Si cette première rencontre s’est bien passée, il convient de les récompenser avec des friandises.

Étape 5

Les rencontres sont maintenant quotidiennes. De même, afin d’améliorer le processus d’introduction, les octodons peuvent être relâchés dans la cage de l’autre. Cela leur permet de déposer leurs odeurs dans le nouveau territoire, pour mieux s’accepter. Lorsque le comportement entre tous les individus est calme et naturel, l’étape 4 peut être mise en place.

Étape 6

Groupe d'octodon qui dorment
Groupe d’octodon qui dorment

C’est enfin l’heure de la rencontre dans la grande cage ! Pour cette avant-dernière étape, il est préférable de s’y atteler le soir, afin de respecter le rythme naturel du degu. En effet, il est temps de tester si les octodons s’entendent. Pour mélanger les odeurs, il faut transférer une partie de la litière et des accessoires de la cage des plus jeunes. Comme chaque fois, avant la rencontre en terrain neutre, les animaux doivent se baigner dans le sable. Cette fois-ci, après la présentation en extérieur, les degus réintégreront la grande cage tous ensemble. Si, au bout de quelques minutes, tout se passe bien, il est possible de les laisser.

Selon le comportement des dègues, c’est le moment de choisir ou pas, d’aller à l’étape 5. Si les octodons sont agités, les jeunes peuvent remis dans leur cage. Alors cette étape doit être répétée jusqu’à l’apaisement des comportements agressifs.

Étape 7

À ce stade, l’introduction d’octodons touche à sa fin. Si les animaux s’entendent bien, ils passeront alors leur première nuit ensemble. Cet horaire est idéal, car les animaux vont dormir. Si le groupe commence à créer une certaine cohésion, les rongeurs devront être blottis au même endroit. Si les octodons n’ont pas posé d’incident durant la nuit, ils peuvent rester dans la cage pendant la journée, sous haute surveillance. Sinon, l’étape 6 doit être répétée. Enfin, la structure du groupe se crée et un nouveau groupe d’octodons est né ! Il est possible que des combats éclatent de temps à autre, ce comportement est normal tant qu’il n’y a pas de blessure grave. 

Guide d’introduction d’octodons adultes

L’introduction d’octodons adultes est la plus longue à faire, car elle va demander aux rongeurs d’accepter des dègues “étrangers”, et d’aller à l’encontre de leur comportement territorial. La réussite dépendra en partie de la personnalité des degus. Plus ceux-ci ont été seuls, plus il sera facile de proposer des présentations. De manière générale, il est impossible de savoir à l’avance si les dègues vont s’entendre. Le meilleur moyen est de commencer le processus et d’aviser au fur et à mesure. Mais il faudra toujours garder à l’esprit qu’une introduction peut être ratée.

Matériel nécessaire 

Une grande cage ; une grille de séparation à maille moyenne ; une grille de séparation à maille fine ; de la terre à bain ; une zone neutre ; des enrichissements ; des friandises ; de la patience.

Étape 1

Octodons degus
Groupe d’octodons

La cage doit être assez spacieuse pour contenir tous les octodons. Installez la séparation de manière à séparer la cage en deux. Cela peut se faire avec du grillage solide, à mailles moyennes, voire fines pour commencer. Selon Degutopia, la séparation horizontale est plus efficace que la séparation verticale17, cependant, il s’agit d’une observation personnelle. Quelle que soit la grille utilisée, les octodons doivent pouvoir se voir, s’entendre et se sentir, sans pour autant se blesser en s’attaquant. L’octodon solitaire est placé dans la partie supérieure de la cage, alors que les nouveaux seront dans la partie inférieure. Les animaux doivent donc apprendre à se connaître sans plus d’agitation pendant une bonne semaine. Ainsi, à la moindre posture agressive, l’introduction des octodons doit être repoussée jusqu’à ce que les octodons se calment. Un échange accru à travers la grille est le signe d’une attitude défensive. Cela augmente notamment le risque de combats lors des présentations. Occasionnellement, les degus prennent plusieurs mois avant de stopper ce comportement défensif. Il faut savoir être patient.

À tout moment, si l’un des animaux est trop véhément, il est possible de recouvrir entièrement la grille par du carton, ou tout matériau empêchant les interactions. Parfois, il est nécessaire de “couper” les liens quelques jours, le temps que les octodons se remettent de leurs émotions, notamment après un combat important. Une fois les dègues calmés, la protection peut-être retirée, et l’introduction redémarrée à l’étape 1.

Étape 2

Une fois la première étape passée, le moment est venu de déménager… les octodons ! Et de ne plus utiliser qu’un seul bac à sable, pour harmoniser les odeurs. En effet, sans créer de rencontre, les degus vont maintenant découvrir l’habitat de l’autre. Pour cela, il suffit d’inverser leurs positions dans la cage. Cela va permettre de les stimuler en leur faisant sentir les effluves des autres individus. Et en mettant un pied dans leur territoire. À terme, les octodons vont commencer à comprendre qu’ils sont un groupe et non plus séparés. Les dègues du Chili doivent rester quelques jours dans leur nouvelle section. Le passage à l’étape 3 va dépendre, encore une fois, du niveau d’interaction à travers la grille. Si un des rongeurs a une attitude défensive, essaie de mordre, ou secoue la queue, c’est qu’il n’est pas encore prêt. L’étape peut être répétée jusqu’à la disparition des comportements problématiques. 

Une fois le “nouveau” territoire exploré, échangez les octodons de section, quotidiennement ou hebdomadairement. Placez le bac à sable dans l’une des sections. Si les variations de position ne sont pas quotidiens, n’oubliez pas de changer le bac de section. Chaque octodon doit pouvoir se laver tous les jours. Il est important que le bac soit partagé, pour mélanger les odeurs corporelles des Octodons degus. Cette étape doit être maintenue en plus des étapes à venir.

Étape 3

Cette étape est primordiale pour la suite des opérations. Il ne faut surtout pas la précipiter. Si l’un des octodons n’est pas prêt, répétez les étapes précédentes jusqu’à ce que vous soyez certain de son comportement. En effet, il est temps de passer à la confrontation physique, mais celle-ci aura un impact important sur la suite. Si un des animaux est agressif, il laissera une “mauvaise impression” aux autres.

Retirez le bac à sable la veille de la rencontre, pour qu’ils se lavent dedans avant la sortie commune. Sortez vos octodons séparément, afin qu’ils puissent se défouler un peu. Placez l’octodon solitaire dans la zone neutre après lui avoir présenté le bac à sable. Puis, placez les autres dègues, après un passage à la baignade, dans une zone plus isolée. Il est essentiel d’observer le déroulement de cette première rencontre, pour éviter les bains de sang. Proposez tranquillement des friandises aux dègues, tout en les maintenant éloignés pour éviter les agressions dues à la nourriture. Les octodons doivent retenir une image positive de l’expérience. Si vous avez peur, vous pouvez arrêter la sortie avant qu’ils ne se touchent réellement. Il est important de prendre son temps, et d’être sûr de soi durant l’introduction d’octodons. 

Lors des premiers contacts, les dègues peuvent se battre sans trop de gravité (boxe, “montage”). Mais si cela se transforme en combat sanglant ou course-poursuite, ou roulade, il faut tout de suite stopper l’expérience. Attention, encore une fois, aux morsures. Si ce premier contact est agressif, retournez à l’étape 1. Sinon, au bout de quelques minutes, rentrez-les avec des friandises, et passez à l’étape 4. Attention, les animaux doivent être séparés dans la cage.

Étape 4

Jusqu’à nouvel ordre, les interactions des octodons degus doivent continuer en territoire neutre. Petit à petit, augmentez la période passée dehors. Au moindre changement de comportement, de manière négative, stoppez les rencontres. Poursuivez quelques jours, jusqu’à ce que les animaux ne montrent que des signes positifs (gratouilles, toilettes) et ne se bagarrent pas. Encore une fois, prenez votre temps ! Ne passez à l’étape 5 que si tout va bien. Sinon, il n’est pas impossible de retourner à l’étape 3 le temps que les octodons se calment.

Étape 5

Octodons qui se battent
Octodons qui se battent

Le test ultime est arrivé. Le moment de découvrir si vos octodons s’entendent réellement, ou pas. En soirée, répétez l’étape 4, puis, au lieu de les rentrer dans leurs sections respectives, mettez-les dans la même section. Il est maintenant nécessaire d’observer avec calme et prudence le comportement de la petite colonie. Si au bout de plusieurs dizaines de minutes, tout ce petit monde s’installe, c’est bon signe. Au contraire, si des combats commencent, il faut retourner à l’étape 3, voire 1, selon l’intensité. Il est possible qu’ils soient très agités, sans pour autant être agressifs, dans ce cas, faites des rencontres de 10 minutes après la sortie en terrain neutre directement dans la même section, jusqu’à ce qu’ils puissent se reposer en groupe. La nuit est le moment idéal, hors des pics d’activité, et permet aux octodons de faire connaissance tranquillement. Si le groupe commence à se former, les octodons devraient dormir ensemble, recroquevillés les uns sur les autres.

Étape 6

L’étape 5 est cruciale, si la nuit s’est bien passée, les degus peuvent rester toute la journée. Il est primordial de bien les observer, pour voir s’ils s’occupent paisiblement. Les rongeurs devraient alors vaquer à leurs tâches quotidiennes, sans se soucier d’attaquer le nouveau voisin. Si tout va bien, l’étape peut-être franchie.

Étape 7

Maintenant qu’ils vivent comme un groupe d’octodons, il est temps de découvrir l’autre section de la cage. Il est important de tester leur comportement dans toutes les sections pour éviter les attitudes défensives. Placez tous les degus dans l’autre section de la cage pendant une journée. Au bout de 24h, s’ils se sont comportés normalement, il faudra les faire alterner entre les sections quotidiennement. Enfin, après d’une semaine, il est temps de passer à l’ultime étape.

Étape 8

À quelques pas de l’arrivée, il convient de rester très vigilant! La séparation va être supprimée, et rien n’empêche une régression dans la cohésion du groupe, même aussi loin. Si la séparation est enlevée trop tôt, il faudra recommencer toute l’introduction entre les octodons, depuis l’étape 1. Cela peut avoir des conséquences désastreuses, notamment des combats violents. Pendant que la division est retirée, les octodons peuvent rester dans la zone neutre. Ne nettoyez pas la cage, les odeurs doivent être conservées. De plus, les objets ne doivent pas non plus être déplacés, afin de ne pas perturber leur environnement. Les octodons doivent voir la cage comme un territoire partagé. Remettez les dègues dans la cage, puis observez attentivement. Au moindre signe de défense ou d’agressivité, replacez la séparation et revenez à l’étape précédente. Si les agressions sont trop violentes, retournez aux étapes antérieures, en fonction de l’attitude entre les animaux.

Si tout se passe bien, vous avez réussi ! Le groupe social est formé. il est possible que des combats éclatent de temps à autre, tant qu’ils ne sont pas sérieux, il faut laisser faire. Créer un nouveau groupe social et mener une introduction d’octodons est loin d’être facile. Vous pouvez être très fier(e) de votre réussite.

Sources

  1. UN NOUVEL ANIMAL DE COMPAGNIE : L’OCTODON, OCTODON DEGUS[][]
  2. Instability Rules Social Groups in the Communal Breeder Rodent Octodon degus[]
  3. Influence of Pre-Weaning Social Isolation on Post-Weaning Emotion Tendency and Mother–Infant Interactions in Infant Octodon Degus[]
  4. Reproductive correlates of social network variation in plurally breeding degus (Octodon degus)[]
  5. A Comparative Study of Sandbathing Behavior in Heteromyid Rodents[]
  6. Dustbathing and intra-sexual communication of social degus, Octodon degus (Rodentia: Octodontidae[]
  7. Male degus, Octodon degus, modify their dustbathing behavior in response to social familiarity of previous dustbathing marks[][]
  8. Early Olfactory Environment Influences Social Behaviour in Adult Octodon degus[]
  9. To be, or not to be[]
  10. Contact-Promoting Behavior, Social Development, and Relationship with Parents in Sibling Juvenile Degus[]
  11. Female degus show high sociality but no preference for familiar peers[]
  12. Degus recognize but do not prefer familiar peers[]
  13. Communal nesting and kinship in degus (Octodon degus[]
  14. Free and total testosterone levels in field males of Octodon degus (Rodentia, Octodontidae): accuracy of the hormonal regulation of behavior[]
  15. Social cues and hormone levels in male Octodon degus (Rodentia): a field test of the Challenge Hypothesis[]
  16. Octodon degus[]
  17. Introducing new degus[]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *