Octodon ricardojeda

Classification octodon

Proposition de classification des espèces d’octodons1.

Découverte en décembre 2020, l’Octodon ricardojeda est une nouvelle espèce identifiée et nommée du genre Octodontidae2. Sa découverte, qui fait suite à une étude scientifique sur des spécimens du genus Octodon de musées, remet en cause les espèces d’octodons. Les biologistes l’ayant découvert (Guillermo D’Elía, Pablo Teta, Diego H. Verzi, Richard Cadenillas, et James L. Patton) mettent également en avant le besoin de revoir la classification des octodons, qui pourraient maintenant accueillir plus de 5 espèces, avec des sous-espèces locales1, selon les classements et les résultats des analyses. Cela pourrait varier de 7 à 11 espèces selon les analyses. Nommé d’après Ricardo Ojeda, fondateur de la SAREM3, société argentine pour l’étude des mammifères, l’Octodon ricardojeda est donc une espèce d’octodons que l’on retrouve en Argentine.

Caractéristiques

Octodon ricardojeda a un pelage brunâtre, tacheté de noir et de jaune, un ventre plus clair, gris jaunâtre. Son pelage est parsemé de longs poils noirs, notamment sur le dos, de 15 à 20mm de long. Il semble robuste, avec un corps assez lourd et court. Sa queue ne présente aucun “plumeau”, à l’instar d’autres octodons, et est assez courte. Il présente de longues vibrisses, qui peuvent être noires ou blanches. Ses oreilles paraissent modérément longues, recouvertes d’un fin pelage gris. Il atteint une longueur de 32,6 cm, avec une queue de 13,4 cm, pour un poids d’environ 200g.

Octodon ricardojeda sp

Octodon ricardojeda, nouvelle espèce découverte en 20204

Répartition géographique

Repartition géographe d'octodon ricardodeja

Carte du sud de l’Amérique du Sud décrivant les lieux de collecte des spécimens d’Octodon analysés dans cette étude. Les couleurs sont les suivantes : points dorés : O. degus ; points orange : O. lunatus ; points vert clair : O. bridgesii ; points vert foncé : O. “bridgesii” côtier ; point bleu : O. pacificus ; points rouges : O. ricardojeda.

Contrairement aux autres genres d’Octodons, l’Octodon ricardojeda habite principalement en Argentine2. On le retrouve dans 8 localités, à l’ouest de la province de Neuquén. Il semble vivre entre 500 et 1100m d’altitude et a pu être observé dans la zone de la Reserva Nacional Malalcauello dans le nord-est de la région d’Araucanía, au Chili. Certains fossiles peuvent être attribués à l’espèce, ce qui montrerait une répartition plus large lors des 10 000 dernières années5.

Comportement

Alimentation

Tout comme les autres espèces d’octodons, Octodon ricardojeda est herbivore à tendance folivore et se nourri des plantes, graines, écorces de son environnement.

Habitat

Cette espèce d’octodons a été capturé dans des zones semi-ouvertes de forêts humides. Ils ont été trouvés dans des terriers, creuses au sein de collines sablonneuses. Cependant, rien de montre si Octodon ricardojeda creuse lui-même les terriers, ou s’il squatte ceux d’une autre espèce. On le retrouve également sur des collines sablonneuses, dans des parcelles de buissons, ou encore d’autres types de clairières ou de stappes. À l’instar des autres espèces d’octodons, il habite souvent des environnements buissonneux.

Parmi les espèces végétales qu’il peut croise dans son environnement, on retrouve : Nothofagus, Chusquea spp., Baccharis spp., Berberis buxifolia, et Mulinum spinosum, Nothofagus antarctica, des forêts de coigues (Nothofagus dombeyi),  Stipa spp, M. spinosum, l’arbuste épineux Colletia spinosissima, , Schinus molle, et l’arbre “désespoir des singes” (Araucaria araucana). Bien qu’il soit comme ses cousins terrestres, il a également la possibilité de grimper dans les arbustes et buissons.

Prédation

Comme ses cousins, il s’agit d’une proie, O. ricardojeda est également à la merci de nombreux prédateurs, qu’ils viennent du ciel ou du sol. On retrouve parmi eux  la buse à poitrine noire Geranoaetus melanoleucuset  et le grand-duc de Magellan Bubo magellanicus.

Cohabitation

De nombreux petits mammifères vivent dans les zones habitées par le l’octodon de Ricardo Ojeda, comme Abrothrix hirta, Irenomys tarsalis, Loxodontomys micropus, Oligoryzomys longicaudatus, Aconaemys porteri, et Dromiciops bozinovic.

Conservation

En prenant en compte l’état actuel des connaissances, l’Octodon ricardojeda est protégé au sein du parc national Lanín, en Argentine et à la Reserva Nacional Malalcahuello, au Chili. Il est probable de le trouver dans d’autres zones protégées de son aire de répartition. Cependant, étant restreinte dans une zone de moins de 20 000 kilomètres carrés et connus dans moins de 10 localités, cette espèce est considérée comme Vulnérable6 (VU). La perte d’habitat et la fragmentation des forêts sont parmi les principales menaces pour cette espèce de rongeur qui avait une plus grande distribution dans un passé proche.

Sources

  1. The number of species of degus (genus Octodon) is currently underestimated: An appraisal of species limits and their phylogenetic relationships (Rodentia: Hystricomorpha: Octodontidae)[][]
  2. A new living species of degu, genus Octodon (Hystricomorpha: Octodontidae)[][]
  3. Ricardo A. Ojeda[]
  4. Las Últimas Noticias[]
  5. Dramatic recent changes in small mammal assemblages from Northern Patagonia: A caution for paleoenvironmental reconstructions[]
  6. Espèce vulnérable[]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.