Aller au contenu

Couleurs & Robes de l’octodon degus

Depuis quelques années, les élevages d’octodons développent différentes robes, plus ou moins éloignées de la couleur naturelle de l’octodon. Cela passe par une sélection rigoureuse des individus et un standard d’élevage. Le travail d’un éleveur va au-delà de la seule “création” d’une nouvelle couleur, mais doit prendre en compte notamment la santé et le comportement des octodons.

Le site Octodons.fr encourage fortement tous ses lecteurs à préférer l'adoption plutôt que l'achat en animalerie ou chez des éleveurs. Cependant, la mise en place de standard de reproduction permet d'aider à réguler les problèmes de santé et d'éviter des malformations physiques chez l'octodon. Il s'agit d'un outil destiné aux éleveurs. Il convient toutefois de noter que l'élevage de l'Octodon degus en France est soumis à la détention d'un certificat de capacité1.

Introduction

Les mammifères disposent de deux pigments qui vont déterminer la couleur de leur pelage. Cela s’applique bien évidemment aux différentes robes de l’Octodon degus. Il s’agit de l’eumélamine, de couleur brune à noire. Le second type de pigment est la péomélanine, plus claire que le premier type, abordant des couleurs beiges à rouge, voire brun clair. La diversité de la couleur des pelages est déterminée par la quantité de ces pigments et leur qualité dans chaque poil et est contrôlée par des gènes. La couleur des pigments peut être dégradée, voire “bloquée” par les cellules de l’épiderme, lors du “transport” du pigment2.

Pour constituer le gène de la pigmentation, il existe deux types de gènes : les gènes homozygotes ou hétérozygotes. Lorsque le gène est homozygote est représenté par deux allèles qui sont totalement identiques. Chez l’octodon, cela signifie que le gène de la couleur est constitué de deux allèles équivalents. Au contraire, lorsque le gène est hétérozygote, cela veut dire que les allèles sont différents. Un des allèles correspond alors à une couleur alors de la seconde correspond à une autre.

Octodons agouti – Rolf Dietrich Brecher

L’allèle dominant est celui qui détermine alors la couleur visible de la robe, tandis que l’allèle récessif n’est pas visible. On fait alors la différence entre le phénotype (ensemble des traits observables qui caractérisent un être vivant) et son génotype (ensemble, ou partie donnée, de la composition génétique d’un individu). Ainsi, le génotype contient les allèles récessifs et dominants, alors que le phénotype est l’expression des allèles dominante.

Dans les cas de double dominance d’allèles hétérozygotes, si les deux couleurs s’expriment, on parle alors de co-dominance, ce qui “mélange” alors la pigmentation.

Mais pour en savoir encore plus sur la génétique des couleurs de l’octodon, il faut aussi connaître les différents loci. Le locus est un point fixe qui se retrouve sur chaque chromosome. Il existe plusieurs loci connues chez l’Octodon degus, qui jouent alors des rôles important sur la robe.

Enfin, lorsqu’une population animale ou végétale se reproduit à l’identique, possédant alors généralement un génotype partagé et étant homozygote, on parle de lignée pure. Ces lignées donneront une descendance qui sera toujours semblable aux parents. Ces lignées pures sont obtenues par consanguinité, en reproduisant des frères et sœurs sur de très nombreuses générations. Elles servent notamment en laboratoire, afin que lorsque les expériences sont faites plusieurs fois sur des animaux les individus soient aussi proches que possible les uns des autres. Cette utilisation des lignées pures permet d’éviter des résultats faussés3.

Exemple

La couleur de l’iris des êtres humains est un bon exemple. Le gène de la couleur brun est dominant alors que le bleu est récessif. Dans le cas suivant, le parent 1 a les yeux bleus et est homozygote, son code est donc bb. Le parent 2 a les yeux bruns, mais il est hétérozygote avec un allèle bleu, son code est alors Bb. On remarque donc que les enfants de ces deux parents ont 50% de chances d’avoir les yeux bleus et 50% de chances d’avoir les yeux bruns, tout en étant hétérozygotes. Si le parent 2 avait été homozygote, 100% des enfants auraient eu les yeux bruns, car le brun est dominant et le bleu récessif.

 

Génétique des couleurs

Actuellement, 6 loci distincts sont connus dans la génétique de l’Octodon degus, déterminant sa couleur :

  • Locus A – Agouti : il est responsable du poil rayé (dominant A) ou du poil unicolore (récessif aa). Ce locus est lié au locus Extension.
  • Locus B – Brun : ce locus est responsable de l’expression de l’eumélanine (dominant B) et de la phéomélanine (récessif bb).
  • Locus C – Couleur : locus responsable de la présence de pigment (dominant C) ou de l’absence de pigment (récessif cc).
  • Locus D – Dilution : il est responsable de la dilution du pigment (éclaircissement de la couleur) dans la forme récessive dd, il est dominant sous la forme D lorsque le pelage n’est pas “dilué”.
  • Locus E – Extension : ce locus est responsable de l’extension du pigment dans la tige du poil dans la forme récessive ee et dominante sous la forme E, lorsqu’il n’y a pas l’extension du pigment. Ce locus est lié au locus Agouti.
  • Locus W – White patching (patché) : locus responsable de la présence de taches blanches dans le pelage (forme dominante W).

L’utilisation de ces loci permet alors de créer le code couleur de chaque octodon. Cela est très utile dans les élevages afin de choisir au mieux ses lignées et les individus à reproduire pour obtenir une certaine coloration.

Robes agouti

Les robes agoutis sont constituées d’un pelage montrant des poils avec plusieurs expressions de couleurs (bicolore, …).

Colorations agouti – Illustration par Vurore

Agouti – Couleur naturelle

Code génétique : A* B* C* D* E* ww

L’agouti est la couleur naturelle de l’Octodon degus, il s’agit d’une robe adaptée à son environnement, afin de mieux pouvoir se camoufler. Les poils sont également bicolores, d’où cette coloration si particulière. Le corps est globalement brun entaché de poils noirs et de poils plus clairs. Ses oreilles sont foncées. Le pourtour des oreilles et des yeux, ainsi que la zone ventrale est composée d’un poil beige clair. Les poils recouvrant les pattes sont clairs, tirant presque au gris. Les poils agoutis sont composés d’une bande claire (péhomélamine) au centre et de deux bandes foncées aux deux extrémités (eumélamine). Elle est à la base des mutations donnant les autres robes agoutis.

Octodon degus agouti

Bébé O. degus agouti

Octodon degus enceinte

Octodon degus agouti

Octodon agouti – Photographie par dein-degu.de

Bleu agouti (ou champagne agouti)

Code génétique : A* B* C* dd E* ww

Les octodons bleu agouti sont globalement d’un gris assez clair avec des notes de bruns et de crème, qui sont proches de l’agouti. Tout comme ce dernier, le pourtour des yeux, la base des oreilles et le sous-ventre sont plus clairs, avec des zones grises sur les pattes. C’est l’une des premières mutations de la robe de l’octodon apparue en captivité. Elle découle d’une “dilution” de l’eumélamine en une coloration grise. Les poils peuvent être entièrement gris (disparition de la bande claire de l’agouti) ou bicolores en gris clair et gris foncé. Attention cependant à ne pas confondre cette robe avec la robe du bleu non-agouti, qui ne contient que des poils entièrement gris.

La couleur champagne agouti n’est pour le moment pas reconnue par les éleveurs, car il s’agit de la même mutation, mais exprimée autrement. Contrairement au bleu agouti, la bande brun clair de phéomélamine est toujours présente, offrant une couleur crème au sous-poil, qui donne des reflets bruns à l’octodon.

Robe champagne agouti chez l’octodon – Photo par Adrien Chaud

O. degus de couleur champagne agouti – Photo par Adrien Chaud

Octodon bleu agouti – Photographie par dein-degu.de

Sable

Code génétique : A* B* C* D* ee ww

Les octodons couleur sable sont apparus il y a déjà quelques années. On peut remarquer que la robe agouti s’est largement éclaircie, notamment autour des yeux, oreilles et faces ventrales. Il s’agit d’une mutation récessive, qui nécessite d’être homozygote. C’est grâce à la phéomélamine rouge, qui s’est propagée.

Les degus de couleur sable existent depuis un certain nombre d’années, la couleur est héritée de manière récessive. L’éclaircissement de la couleur de la robe autour des yeux, des oreilles, du ventre et du cou n’est que faiblement visible ici. La mutation d’extension est récessive et homozygote entraîne la propagation de la phéomélanine rouge dans le poil.

O. degus de couleur sablei - Photo par Adrien Chaud

O. degus de couleur sable – Photo par Adrien Chaud

O. degus de couleur sablei - Photo par Adrien Chaud

O. degus de couleur sable – Photo par Adrien Chaud

Octodon sable – Photographie par dein-degu.de

Crème

Code génétique : A* B* C* dd ee ww

Les dègues de ayant une robe crème sont assez récent, la robe ayant muté à partir d’octodons couleur sables et champagne agouti. Le pelage est bien plus clair que la celui des sables, tout en ayant de possibles réminiscences de la couleur champagne. Le pelage a tendance à s’assombrir avec l’âge, pouvant virer au gris sur le dos. Étant donné que la mutation a besoin de 3 loci récessifs, celle-ci n’apparaît qu’à partir du croisement d’octodons de seconde voire troisième génération. Cette couleur est donc complexe à élevé, à cause du risque de consanguinité associée.

Octodon degus de robe crème – Photographies par degu.by

Octodon degus de robe crème – Photographies par degu.by

Octodon crème – Photographie par dein-degu.de

Robes non-agouti

Les robes non-agoutis sont constituées d’un pelage uni, n’exprimant qu’une seule couleur de pelage. La différence entre les deux peut-être difficile à observer dans certaines mutations.

Colorations non-agouti – Illustration par Vurore

Noir

Code génétique : aa B* C* D* E* ww

Les octodons noir non agouti disposent d’un poil brun très foncé, lié à la présence d’eumélanine dans tout le poil. Certaines mutations couvrent plus ou moins le corps, jusqu’à s’exprimer totalement. On peut retrouver cette caractéristique assez impressionnante chez les poules de la race “Ayam Cemani”. Dans le cas d’octodons donc les locis ne sont pas tous homozygotes, il est possible de retrouver des tâches ou décolorations d’autres types de couleurs.

Octodon degus de robe noire – Photographies par degu.by

Octodon degus de robe noire – Photographies par degu.by

Octodon noir – Photographie par dein-degu.de

Blanc

* C* * * W*

Les octodons blancs ne sont pas albinos, il s’agit ici d’une robe dont la couleur a été très diluée, issue de la couleur sable et bleue. À ce jour, il n’existe aucun individu albinos connu, et il se peut que le locus de l’albinisme soit létal chez l’octodon, comme chez d’autres animaux4.

Strictement parlant, le blanc n’est pas considéré comme une couleur. Il s’agit d’un octodon patché, dont la tache est héritée de façon dominante sur l’ensemble du corps. Les octodons blancs homozygotes (WW) sont très rares. Ils ne présentent alors aucune pigmentation de la peau (même autour des yeux, des oreilles et de la queue), mais ont une espérance de vie très réduite.

Les octodons blancs peuvent être regroupés en 2 catégories : les patchés très étendus et ceux dont le pelage devient blanc (lié à la génétique). Cette dernière catégorie reste cependant très rare. Il arrive que l’octodon blanc naisse avec une peau rose, qui va se griser avec l’âge. 

Octodon degus de robe blanc patché – Photographies par degu.by

Octodon blanc patché – Photographie par dein-degu.de

Chocolat

Code génétique : aa bb C* D* Ee ww

L’octodon de couleur chocolat est obtenu grâce à l’expression récessive du gène b. Celui-ci dilue alors le pigment dans une couleur un peu plus claire, qui peut observer plusieurs variations de pelage.

Octodon degus de robe chocolat - Photographies par degu.by

Octodon degus de robe chocolat – Photographies par degu.by

Octodon degus de robe chocolat - Photographies par degu.by

Octodon degus de robe chocolat – Photographies par degu.by

Octodon chocolat – Photographie par dein-degu.de

Bleu

Code génétique : aa B* C* dd C* E* ww

La mutation bleu non-agouti est liée à la dilution du gène bleu. Il et possible de trouver diverses nuances de pelage, qui font toutes parties de la même couleur.

Octodons degus de robe bleue non-agouti – Photographies par degu.by

Octodon bleu – Photographie par dein-degu.de

Lilas

aa B* C* dd ee ww

La couleur lilas est récente et encore peu répandue. Elle se constitue d’un pelage non agouti, avec deux gènes chocolats et deux gènes bleus. Elle présente un pelage uni, gris argenté et sans décoloration bleu ou brune.

Octodon degus de robe lilas – Photographies par degu.by

Octodon degus de robe lilas – Photographies par degu.by

Octodon lilas – Photographie par dein-degu.de

Autres caractéristiques

Patché

* * C* * * W*

Des tâches de dépigmentations sont apparues au fil des croisements. On appelle ces octodons présentant des zones blanches les octodons “patchés”. La plupart des couleurs ont des individus patchés, car la locus W est dominant. Les zones blanches sont des zones où la peau n’est pas pigmentée et provoquent ainsi ces poils blancs, facilement visibles sur la fourrure. Il est aussi observé des octodons patchés hétérozygotes (ww) avec d’autres taches colorées, notamment des tâches agoutis, bleues ou sable (sur les octodons blancs). 

Selon la proportion de poils blancs dans le pelage, on peut distinguer ainsi plusieurs catégories5

  • Patché : dès l’apparition de poils blancs, mais ne recouvrant pas plus de 40% du corps.
  • Super-patché : la proportion de poils blancs est comprise entre 40% et 70%.
  •  Méga-patché : dès que les poils recouvrent plus de 70% du corps.

Octodons agoutis et agoutis patchés – Poivre & Sel – Photo par Déborah C.

Octodon agouti patché – Photo par Déborah C.

Octodon patché – Photographie par dein-degu.de

Octodon patché – Photographie par dein-degu.de

Octodon patché – Photographie par dein-degu.de

Tricolore

Il existe maintenant des octodons tricolores, mais il n’est pas possible pour le moment de déterminer la génétique de ces individus6. Ces individus sont très rares et les portées sont aléatoires.

Octodon tricolore – Photographie par dein-degu.de

Sources

  1. Arrêté du 2 juillet 2009 fixant les conditions simplifiées dans lesquelles le certificat de capacité pour l'entretien des rongeurs d'espèces non domestiques peut être délivré[]
  2. Biologie de la peau[]
  3. Utilisation des lignées congéniques chez la souris[]
  4. THE ABC OF COLOR INHERITANCE IN HORSES[]
  5. Degutopia – Couleurs[]
  6. Deindegu.de[]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :